Rituels et violences dans la performance. Éditions Éterotopia. 11 février 2020

Publié le par Olivier Lussac

Rituels et violences dans la performance. Éditions Éterotopia. 11 février 2020

L’ouvrage : Partant du postulat que la performance, en tant qu’art d’action, est une forme décomplexée et individuelle du rituel qui, autrefois, avait cours de manière collective dans toutes les sociétés, l’auteur tente d’évaluer la portée de cette création qui est apparue dans les années 70 et qui, aujourd’hui, recouvre de nombreux aspects. Convoquant en même temps les paroles d’artistes et des écrits théoriques sur le domaine, son propos se décline en trois chapitres. Le premier met en lumière une possible définition de la performance, en regard du rituel (dans ses définitions anthropologiques, artistiques et esthétiques). Cet aspect conduit l’auteur à estimer que la performance est peut-être une nouvelle activité rituelle non fixée, fondamentalement plastique. Le second s’applique ensuite à l’analyse du contexte des années 70, avec, comme apogée, une étude sur les actions de Carolee Schneemann, en regard de l’érotisme et de l’objectivation, de l’essentialisme féministe et de l’écoféminisme. Le troisième, davantage contemporain, décline enfin les activités artistiques d’une des plus grandes artistes actuelles, Regina José Galindo, et ses possibles influences, afin d’évaluer les fondements d’une création engagée, et dont les thèmes principaux sont la violence, l’abjection, l’obscénité, et portant à l’acmé les questions du viol et du féminicide… La performance n’est donc pas, comme on a souvent tendance à le faire croire, un jeu artistique conforme et gratuit, mais plutôt une résistance aux traumatismes sociétaux et aux « limites de l’esthétisable ».

 

L’auteur : Olivier Lussac est professeur en esthétique et en histoire des arts à l’Université de Lorraine (Metz). Après avoir consacré deux ouvrages sur le mouvement Fluxus : Happening et Fluxus. Polyexpressivité et pratique concrète des arts(L’Harmattan, 2004, « Coup de cœur de l’Académie Charles Cros ») et Fluxus et la musique (Les Presses du réel, 2010), il analyse aujourd’hui le phénomène performatif (ce qui est nommé communément « l’art d’action ») dans ses appréciations historiques, sociales et politiques. Ses intérêts se portent entre autres sur les dimensions féministes et postcoloniales de cette forme d’art, en perpétuelle négociation avec la société et ses problèmes actuels. Il n’a de cesse de mettre en jeu et la portée historique et le débat contemporain dans une problématique artistique commune.

Rituels et violences dans la performance 

 

CHAPITRE I Du rituel à la performance : définitions

  1. Introduction : Du rituel dans l’art d’action
  2. One Year Performances 
  3. Des contre-exemples
  4. Performance et non spectacle
  5. Un art du comportement
  6. Rite : représentation ou « représentance » ?
  7. Action et expérience vécue

 

CHAPITRE II De l’art d’action féminin

  1. Goddess Dreams
  2. Retour aux origines
  3. Des corps en couleur
  4. La Terreur binaire
  5. Sujet et objet : le procès de l’objectivation
  6. Les Plaisirs de la chair
  7. Les Lèvres parlent
  8. Vulva Morphia

 

CHAPITRE III Des corps obscènes

  1. Piedra
  2. La Scène interdite
  3. L’Obscène
  4. L’Abject
  5. Le Jour de l’agneau, la peau du bouc
  6. Comer Tierra 
  7. La Oveja Negra 
  8. Le Dégoût
  9. Le Féminicide
  10. Le Poids du sang
  11. L’Homme mort
  12. « Payer de sa personne pour dire par corps son refus »
  13. Le Viol
  14. La Stratégie de la violence
  15. Conclusion : Sacré, sexe, sang

Publié dans Performances

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article