1958 : chronologie performance

Publié le par Olivier Lussac

– 15/05/1958 : The 25-Year Retrospective Concert of the Music of John Cage, Town Hall, New York. Concert organisé par Emile de Antonio, Jasper Johns et Robert Rauschenberg, Concert for Piano and Orchestra est joué pour la première fois avec une nouvelle technique de direction d’orchestre mise au point par John Cage. Dick Higgins, présent au concert, sera bouleversé par la musique de Cage et s’inscrit immédiatement à son cours à la New School.


– 15/04/1958 : Allan Kaprow, Untitled ("Happening"), Douglass College, New Brunswick.
– Klein Yves, Le pinceau vivant. 5 juin 1958.

– 08/1958 : Cage, avec Tudor, est invité aux Ferienkurse de Darmstadt. Lors des séminaires, il développe une nouvelle méthode de composition par l’utilisation de plastiques transparents, intégrant hasard et aléatoire, la partition se formant selon le point de vue du spectateur. Nam June Paik assiste aux cours et sa rencontre avec Cage sera déterminante. Daniel Spoerri découvre John Cage lors des conférences, il sera lui aussi fortement influencé par le compositeur américain.
– 05/09/1958 : La Monte Young, Trio for Strings. La Monte Young étudie la composition à l’Université de Berkeley, se lie d’amitié avec Terry Riley. Le Trio à cordes, uniquement constitué de notes longues et de moments de silence, suscite une controverse.
– 08/09/1958 : John Cage, Lecture, Darmstadt, Allemagne.
– 19/09/1958 : John Cage est à Cologne.
– 05/10/1958 : John Cage est à Stockholm.
– 08/10/1958 : John Cage est à Bruxelles.
– 10/1958 : Dans le cadre de l’exposition universelle de Bruxelles, Cage donne une conférence, Indeterminacy, New Aspects of Forms in Instrumental and Electronic Music, où il raconte trente histoires issues de ses propres expériences, de ses lectures, sans accompagnement musical. Il consacre une minute par histoire.
– 14/10/1958 : John Cage est à Düsseldorf.
– 20/10/1958 : John Cage est à Oxford.
– 28/10/1958 : John Cage est à Hambourg.
– 11/12/1958 : John Cage est invité par le compositeur italien Luciano Berio au studio de la radio de Milan, pour composer une œuvre sur bande magnétique, Fontana Mix, reste quatre mois en Italie et participe à un jeu de télévision italienne durant quatre semaines. Il accepte de jouer sa musique avant de répondre à des questions sur les champignons et propose plusieurs Theater Pieces. Grand succès auprès des téléspectateurs. Il gagne le gros lot (qui servira à acheter un bus pour la tournée de  la compagnie Cunningham) et refuse l’offre de Fellini de jouer dans la Dolce Vita.
– 16/12/1958 : Gerhard Rühm, Ein Chanson, 1. Literarisches Cabaret, Vienne, avec F. Achleitner, K. Bayer, I. Schuppan, E. Wobik, A. Pretaler et O. Wiener (au magnétophone).

NON DATÉ
– Ouverture de la Judson Gallery dans les sous-sols de la Judson Memorial Church. Ce lieu deviendra un point central d’expérimentations pour le théâtre, la danse, la poésie et les arts visuels. C’est là que le Judson Dance Theater, constitué en 1961, développe un nouveau langage chorégraphique et que de nombreux happenings vont être présentés.
– Red Grooms, Play Called Fire, Sun Gallery, Provincetown. Grooms, inspiré par un reportage dans Life Magazine sur la réalisation en public d’une toile de Mathieu, réalise sa première pièce, Play Called Fire, exécution devant assistance d’une peinture durant vingt-cinq minutes.
– Allan Kaprow présente un happening en 1958 à la Hansa Gallery, ainsi qu’à la ferme de George Segal, lors d’un pique-nique avec les membres de la Hansa Gallery. Allan Kaprow met en scène un événement expérimental proposant une série d’exercices simultanés n’ayant parfois aucun rapport entre eux (Été 1958).

Allan Kaprow, Detail of the set for Allan Kaprow's Pastorale
at George Segal's farm, South Brunswick, summer 1958
Photography by Vaugham Rachel

– Robert Watts, First Event Box, Random Light Work, Audience Participation, First Botanical Piece et Project in Multiple Dimensions par Robert Watts, George Brecht, Allan Kaprow.
– Création de Stacked Deck, premier opéra électronique, musique : Richard Maxfield, livret : Dick Higgins.
– Dick Higgins, Loud Symphony et Graphis 24.
– Henry Flynt, Structure Compositions, 1958-1960.
– Jean-Jacques Lebel, Movie, happening aléatoire dans un autocar calciné sur un terrain vague, à Ibiza, avec Mel Clay, Frank Stone et Simon Vinkenoog.
– Yves Klein, La spécialisation de la sensibilité à l'état matière première en sensibilité picturale stabilisée, le vide/vitesse pure et stabilité monochrome.
– Jean Tinguely, Mes Étoiles. Concert pour 7 tableaux, Paris, Galerie Iris Clert.

– Première action dé-col/lage de Wolf Vostell, Le Théâtre est dans la rue, rue de la tour de Vanves, Paris. Le spectateur participe : il doit lire, mimer ce qu’il voit sur les affiches lacérées et rassembler des débris de voitures accidentées.
– Ben Vautier ouvre son Magasin Laboratoire 32, à Nice, cadre de ses premières actions et qui deviendra une œuvre en elle-même par accumulation d’objets.
– De 1958 à 1963, Nam June Paik travaille au studio de musique électronique de Stockhausen à Cologne. Il suit les cours et les séminaires (notamment ceux de Wolfgang Fortner). Il se lie d’amitié avec Mauricio Kagel, G. Ligeti et Luigi Nono.
– Emmett Williams publie à Krefeld son premier livre de poésie concrète, Konkretionen, l’une des premières anthologies de poésie concrète. Installé à Darmstadt depuis 1950, Williams s’intéresse au hasard, rencontre Stockhausen, Boulez, et cherche à appliquer au langage leurs recherches musicales.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article