1959 : chronologie performance

Publié le par Olivier Lussac

– 01/1959 : John Cage, Water Walk & Sounds of Venice, Milan, RAI-TV.

– 05/01/1959 : John Cage est à Rome.
– 08/01/1959 : John Cage est à Florence.
– 18/01/1959 : La Monte Young, Studies for Piano, création.
– 07/04/1959 : New York Audiovisual Group, programme de musique, avec John Cage, Al Hansen, Dick Higgins, Christian Wolff, Kaufmann Concert Hall, Lexington Avenue, NYC, organisateur : YM-YWHA/The Audiovisual Group.
– 15/04/1959 : F. Achleitner, Gerhard Rühm et Oswald Wiener, 2. Literarisches Cabaret, Vienne, Autriche. Acte de dressure (sic), avec K. Kogelnik, B. Schwabbauer, Konrad Bayer et Ch. Novak. Zwei Welten avec Gerhard Rühm, Mord avec B. Schwabbauer, K. Bayer et F. Achleitner.
– 26/04/1959 : A Sunday Afternoon of Contemporary Music, The Village Gate, NYC, avec John Cage, Dick Higgins, Richard Maxfield et quatre autres personnes (?) (Stacked Deck).
– 28/04/1959 : Jean-Jacques Lebel, Conception surréaliste du monde, conférence-démonstration suivie de projections, dans le cadre des « journées surréalistes de  Milan », Centre Français d’Études et d’Information, Milan, Italie.
– Été 1959 : Allan Kaprow, The Demiurge, (partition-happening, non créée).
– 09/1959 : Red Grooms, The Walking Man, Sun Gallery, Provincetown (décor créé avec des matériaux de récupération), pièce « non-narrative » où on peut sentir l’influence d’Allan Kaprow.
– 08/09/1959 : Wolf Vostell, Fernseh-Dé-col/lage Fuer Millionen (tv-verwischung), Atelier Vostell, Cologne, avec Electrola Labor.

10/1959 : Allan Kaprow, 18 Happenings in 6 Parts, Reuber Gallery, NYC, à l’occasion de l’inauguration de la galerie Anita Reuben, vaste espace de présentation pour de nouvelles formes d’expression. Un tract précise le déroulement du happening et le rôle de chacun, y compris des spectateurs. Kaprow parle et joue d’un instrument de musique. Rosalyn Montague parle et marche, Shirley Prendergast et Janet Weinberger marchent et jouent d’un instrument, Robert Whitman parle, marche et joue à un jeu. Sam Francis, Red Grooms, Lester R. Thompson peignent des toiles vierges. Le terme de happening inauguré par Kaprow est désormais utilisé pour ce type d’événement.

Allan Kaprow, Kiosk, 1957-59, prototype d'environnements.

Allan Kaprow, 18 Happenings in 6 Parts.

Allan Kaprow, 18 Happenings in 6 Parts, (The Sandwich Man").
photography Scott Hyde

– 16/10-05/11/1959 : George Brecht, Toward Events, Reuben Gallery. Brecht, Drip Music (il laisse tomber au hasard des billes sur un piano) et Spanish Card Piece, Time Table Music et Comb Music. Brecht commence à utiliser le terme d’« event », geste très quotidien, action très brève et instruction simple. À la Lawrence Rubin Gallery, NYC, il installe une chaise banale. Le public est libre de l’utiliser, de la déplacer, de s’asseoir dessus.

George Brecht, Toward Events, Reuben Gallery, programme.

– 04/11/1959 : Gustav Metzger, Auto Destructive Art (démonstration et exposition), Londres.

– 12/11/1959 : La Monte Young, Vision, création.

– 13/11/1959 : Nam June Paik, Homage to John Cage, Galerie 22, Düsseldorf.
– 02/12/1959 : La Monte Young, Vision, University of California, Berkeley.
– 04-11/12/1959 : Red Grooms, The Burning Building, Delaney Street Museum, NYC (sur le mode de la comédie musicale, le happening évoque un incendie pendant lequel des acteurs tombent, l’un après l’autre, des fenêtres du décor).



– 18/12/1959 : Bazon Brock-Fritz Hundertwasser, Der Zug einer Linie… (action), Hochschule für bildende Kunste, Hambourg.


NON DATÉ
– La Monte Young et Terry Riley, directeurs musicaux de la compagnie de danse d’Ann Halprin en 1959-60, commencent à improviser des sons très longs et sont amenés à reconsidérer la notion de temps et la durée dans la musique contemporaine. Trisha Brown, Simone Forti (Morris), Yvonne Rainer, danseuses de la compagnie, se lient d’amitié avec La Monte Young, Walter de Maria et Robert Morris. Tous partent à New York en 1960.
– De retour à New York, John Cage donne trois cours à la New School, sur l’identification des champignons, la musique de Virgil Thompson et la composition expérimentale. Dans les performances exécutées par ses élèves, la démarcation entre art et vie quotidienne devient de plus en plus confuse.
– Ann Halprin, Birds of America or Gardens without Walls, University of British Columbia.
– Robert Watts, Postage Stamp Dispenser, Heat & Light Pieces, Light, Sound, Kinetic Constructions (1959-1960).
– Dick Higgins, Five Electronic Constellations, Symphony n° 3, A Tiny Movie, Mechanical Music 1 (Clown’s Way)…
– Hermann Nitsch commence à déterminer l’esthétique de l’Orgien-Mysterien-Theater, avec un sketch dramatique, Ein Brunstspiel, et écrit Ordensregeln. Le château de Prinzendorf (Autriche) devient pour lui le centre imaginé de son O.M.T.
– Claes Oldenburg, influencé en particulier par Jean Dubuffet, crée The Street, environnement regroupant des images de personnes, de voitures et d’objets, découpées dans des cartons récupérés et suspendus au plafond.
– Groupe Ongaku (Japon), Improvisations, Sound Fragments, 1959/1961.
– Piero Manzoni, tre linee di varie lunghezze, 7200 metri di linea exguita a herning, socle du monde (hommage a Gallilei), artist's shit/merde d'artiste, carte d'authenticite.
– Mathieu Georges, Hommage au Connétable de Bourbon. 1959.

Commenter cet article

Lussac 17/12/2015 08:48

Bonjour, je ne comprends pas votre langue. Merci