Rhizome

Publié le par Olivier Lussac

Rhizome : en botanique il désigne une tige souterraine et vivace, souvent horizontale, émettant des racines et des tiges aériennes. Le terme est utilisé par Gilles Deleuze et Félix Guattari pour désigner le système en « réseaux » de notre société :
"le rhizome n'est fait que de lignes : lignes de segmentarité, de stratification, comme dimensions, mais aussi ligne de fuite ou de déterritorialisation comme dimension maxi-male d'après laquelle, en la suivant, la multiplicité se métamor-phose en changeant de nature. [...] Le rhizome procède par variation, expansion, conquête, capture, piqûre. A l'opposé du graphisme, du dessin ou de la photo, à l'opposé des calques, le rhizome se rapporte à une carte qui doit être produite, construite, toujours démontable, connectable, renversable, modi-fiable, à entrées et sorties multiples, avec ses lignes de fuite. Ce sont les calques qu'il faut reporter sur les cartes et non l'inverse. Contre les systèmes centrés (même polycentrés), à communication hiérarchique et liaisons préétablies, le rhizome est un système acentré, non hiérarchique et non signifiant, sans mémoire organisatrice ou automate central, uniquement défini par une circulation d'états. Ce qui est en question dans le rhizome, c'est un rapport avec la sexualité, mais aussi avec l'ani-mal, avec le végétal, avec le monde, avec la politique, avec le livre, avec les choses de la nature et de l'artifice, tout différent du rapport arborescent : toutes sortes de « devenirs »."
- extraits de Gilles Deleuze & Félix Guattari, Capitalisme et Schizophrénie Mille Plateaux, Les Editions de Minuits, Paris, 1980. p. 32.



Publié dans Textes-Définitions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article