Prying @ Vito Acconci. 1971

Publié le par Olivier Lussac

PRYINGS, 1971
Pryings est l’enregistrement vidéo d’une performance de Vito Acconci, réalisée en public avec Kathy Dillon dans une université new-yorkaise. L’artiste met en scène une situation où il cherche à ouvrir de force les yeux de la femme, qui s’obstine à les tenir fermés. La caméra suit l’action du couple en cadrant le buste des deux protagonistes. Il tire sur les paupières, elle tient les yeux crispés et clos. Elle penche la tête en avant ou en arrière, il la prend entre ses mains et la redresse. La longue chevelure cache le visage, Vito Acconci la balaye d’une main et, de l’autre, il maintient la femme contre lui. Il tire de nouveau sur la peau, un oeil s’ouvre, mais la femme cache son iris en renversant les yeux dans les orbites. L’oeil blanc ne voit pas. Elle se débat, se déplace, tirant avec elle le corps de l’artiste qui la retient par les épaules. Une affectivité se dégage de la tension du couple. Le son en prise directe donne une idée de leurs mouvements, et notamment de la respiration de Vito Acconci qui augmente avec l’effort physique. Cette lutte figure des tensions - et non des oppositions - dans des couples de forces : féminin / masculin, ouvert / fermé. Vito Acconci expérimente l’action d’un individu conscient de l’autre (ouvert sur l’extérieur) sur un individu fermé sur lui-même. L’absence d’aboutissement de cette situation met en évidence les moyens de la performance. Dans la conception de Vito Acconci et dans la logique initiée par ses actions introspectives - filmées en Super 8 -, la performance a des moyens physiques, le corps comme lieu ou support, et un espace délimité. Pryings est une représentation de la performance comme processus et médium artistique, et une métaphore de l’idée "ouvrir les yeux à quelqu’un". (Thérèse Beyler)

1971, 17:10 min, b&w, sound
A documentation of a live performance at New York University, Pryings is a graphic exploration of the physical and psychological dynamics of male/female interaction, a study in control, violation and resistance. The camera focuses tightly on Kathy Dillon's face, as Acconci tries to pry open her closed eyes. Dillon resists, at times protecting her face or fighting to get away. Locked in a silent embrace, the couple's struggle is violent, passionate; Acconci's sadistic coercion is tinged with a sinister tenderness.
The body is a vehicle for a literal enactment of the desire for and resistance against intimate contact. He writes, "The performer will not come to terms, she shuts herself off, inside the box (monitor), my attempt is to force her to face out, fit into the performer's role, come out in the open."
With: Vito Acconci, Kathy Dillon.

Pryings  16:16 1971
This extraordinary performance carries a wealth of associative meanings in the sexual dynamics of privacy and power—man and  woman pitted against each other in a struggle for mental and physical control.
"In Pryings, one of his earliest and least verbal tapes, the artist is seen trying to force open and gain entry into any and all of the orifices of a woman's face. His persistence outlasts the running time of the tape, as does the persistence of the woman under attack, who manages to persevere in her attempt to guard her metaphysical privacy."  —David Ross, Studio International
     www.ubu.com/film/acconci_pryings.html link
                          

Publié dans Performances

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article