Flesh To White To Black To Flesh @ Bruce Nauman. 1969

Publié le par Olivier Lussac

FLESH TO WHITE TO BLACK TO FLESH, 1969
37' , NTSC, son, noir et blanc
Collection Centre Georges Pompidou, Paris (France)
Flesh to White to Black to Flesh est une histoire de passages, de dédoublements et redoublements du corps de l'artiste. Dans un premier temps, Bruce Nauman, assis sur une chaise, recouvre lentement sa peau de blanc dans une sorte de rituel archaïque et théâtral. Ce recouvrement le distingue de son ombre obscure projetée sur le mur. Puis il s'enduit de noir et s'assimile ainsi à cette ombre jusqu'à enlever, effacer toutes les traces des masques successifs afin de retrouver son identité originelle. Corps sculpté, matière, surface d'écriture, Bruce Nauman se joue de ses propres mutations. Le sculpteur et son objet - le sculpteur est son objet. Cette question de l'identité fragmentée, Bruce Nauman continue aujourd'hui à la recouvrir de différents masques, en utilisant par exemple la figure du clown, c'est-à-dire l'idée abstraite d'une personne et non pas l'image du sujet lui-même. Stéphanie Moisdon

Flesh to White to Black to Flesh 
50:58 1968
Presenting his bare torso to the camera, Nauman meticulously applyies, and removes, layers of white and black pigment, to his face, arms, and chest. Beyond the link to body art, and the idea of treating the human body as artistic subject matter and material, Nauman  enacts a process of self-transformation—a masque applied and removed—as the tape ends where it began. 
 
1968, 51 min, b&w, sound
As in the earlier series of Art Make-Up films in which he sequentially covers himself up in white, pink, green, and black makeup, Nauman here colors his skin, first with white, then with black, and finally wipes away the layers.

Publié dans Performances

Commenter cet article