Selected Treecuts @ Steina Vasulka. 1980

Publié le par Olivier Lussac

SELECTED TREECUTS, 1980
Entièrement basée sur l'usage du zoom, Selected Treecuts fonctionne sur un mouvement constant d'approche et d'éloignement, mouvement amplifié par les manipulations digitales et par de très rapides passages des images analogiques aux images digitales. Le "sujet" de la bande est un groupe d'arbres - une sorte de paysage minimal, banal, juste bon à soutenir une expérience (ou un jeu de mots comme celui du titre qui, en anglais comme en français, joue sur la coupe des arbres - par les bûcherons ou par la prise de vue). La rapidité des mouvements avant-arrière couplée aux passages constants d'une nature d'images à l'autre rend impossible toute distinction et toute maîtrise. Le vrai (analogique) et l'artificiel (digital) ne sont plus distincts l'un de l'autre, de même que le point de vue du spectateur (lointain, maîtrisant l'ensemble du paysage ou le nez sur l'écorce, noyé dans l'image) est totalement déstabilisé. Cette bande courte est une démonstration rapide et assez ludique des potentiels de déconstruction de la représentation offerts par la technologie vidéo. (LLH)

1980, 8:11 min, color, sound
Selected Treecuts is a formal examination of the distinction between camera-generated and digital images, and a layered juxtaposition of contrasting representations of reality. The methodology of the tape is simple: a zoom lens moves slowly in and out on a group of trees, alternating between digitized and camera-generated, "real" images. The movement in the tape is produced by the automated zoom lens and rotating prism; the images switch rhythmically between camera images and digital images held briefly in computer memory. The contrast between the "real" camera images of trees and the frozen, digital computer images forms an essay in motion and stillness, the organic and the synthetic, tracing a trajectory from the photographic to the electronic.

Publié dans Art vidéo - cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article