Artifacts @ Woody Vasulka. 1980

Publié le par Olivier Lussac

ARTIFACTS, 1980
Artifacts est une mise au point par Woody Vasulka de ses recherches sur la nature de l'image électronique. Il se sert du discours et de l'image pour définir un véritable vocabulaire et une syntaxe de l'image électronique. Bien sûr, Woody ne plonge pas dans le panneau d'une véritable "grammaire de la vidéo", comme on a pu en son temps penser qu'il existait une grammaire du cinéma ; sa bande néanmoins, tout comme le fait Cantaloup pour Steina, est une sorte de pause dans la démarche ; Woody rassemble ses conclusions sur la nature de l'image électronique, et fait la démonstration de ses possibilités plastiques dans une forme accessible qui allie un montage rythmé et un usage assez didactique du discours.
En cinq chapitres, diverses techniques sont exposées. Woody s'attaque en premier à l'illusion spatiale ; l'image d'un cercle blanc se transforme en l'image d'une sphère par l'adjonction de seize niveaux de gris. Finalement, des parties de l'écran délimitées par une forme circulaire sont mises en mouvement à des vitesses différentes, produisant de puissants effets de distorsion de l'espace. Le deuxième chapitre s'intéresse à l'usage de la solarisation, et le chapitre trois à la multiplication infinie d'une même image, et aux effets du zoom. Le chapitre suivant rassemble tous les effets explorés jusqu'ici en une seule image : une boule de billard sur le tapis vers, avec la main de Woody ; la boule devient elle-même une surface d'apparition d'une image qui se multiplie, s'inverse, se solarise. Pour terminer, des parties de l'image sont digitalisées et manipulées jusqu'à former une spirale mouvante d'images en mouvement. L'imagerie de Woody se distingue radicalement du cinéma, car elle n'est pas analogique, au double sens du terme : c'est une image digitale ou digitalisée, davantage fabriquée par l'ordinateur que prise par la caméra et elle ne cherche aucun réalisme, mais fait appel à une symbolique profondément abstraite. L'imagination du spectateur est fortement sollicitée, et la bande a un caractère d'optimisme profond : on entrevoit des formes nouvelles pour un art nouveau. Presque vingt ans après, la plupart des découvertes de Woody sont devenues des lieux communs du vocabulaire télévisuel (du moins dans les clips et les publicités). (LLH)

Artifacts
23:00 1980
This tape is an important record of Woody’s process of experimentation and play: a collection of images initiated by basic algorithmical procedures to verify the functional operation of a newly-created tool—the “Digital Image Articulator”—designed and constructed by Woody and Jeffrey Schier. Saying at the beginning of the tape, “The images come to me as they come to you, in a spirit of experimentation.” Vasulka presents a series of manipulations in which the image shifts and moves, dissolving through two- into three-dimensionality. As images are replicated, stretched and shifted, the tape hypnotizes  the viewer for a climactic assault of pulsating light and sound.

1980, 21:20 min, b&w and color, sound
Artifacts is a didactic demonstration of the syntax and vocabulary of the digital image, via the electronic capabilities of the Digital Image Articulator. Vasulka's intent is to create a dialogue, a symbiotic relationship between artist and machine. "By artifacts," he states, "I mean that I have to share the creative process with the machine. It is responsible for too many elements in this work. These images come to you as they came to me -- in a spirit of exploration." Initiated by basic algorithmical procedures, the images coalesce to form an overall conception of the electronic vocabulary made possible by this technology. Vasulka works with a spherical shape and, in an ironic reference to the "hand of the artist," studies his hand as transformed by the Imager.

Publié dans Art vidéo - cinéma

Commenter cet article