Espace de Bureau Bene. Johannes Scheer/Rooftop Pavillion Dan Graham

Publié le par Olivier Lussac IDEAT














© Espace de Bureau Bene Création Johannes Scheer

Y-a t-il une différence entre les bureaux (comme celui-ci) et les créations de l'artiste américain Dan Graham ? Ne désignent-ils pas ensemble un espace d'Air Design ?


Air design (Air Condition), Peter Sloterdijk - Plasma, Bruno Latour
" L'air design fait aussi face "à l'air", dans une attitude de force pratique. Il remplace l'attitude défensive, à motivation hygiénique, que suppose le "garder l'air pur", et prête à l'air thématisé un programme positif – en quelque sorte le prolongement de l'usage privé du parfum par d'autres moyens. L'Air Design vise directement à la modification de l'ambiance chez les utilisateurs de l'espace aérien – et sert ainsi l'objectif indirect et déclaré consistant à attacher de manière associative les passants dans l'espace à un lieu en leur procurant des situations agréables induites par les odeurs, et en leur inspirant un plus haut niveau d'approbation à acheter. L'atmosphère du Point-of-Sale prend une place centrale en tant qu' "instrument autonome du marketing". Avec l'Indoor-Air-Quality-Policy active, le commerce se lance, pour la première fois dans le domaine du shopping vécu, dans un combat pour établir un lien affectif des clients avec le local de vente et les produits vendus. Du point de vue juridique, ce type de méthodes subliminales invasives destinées à produire "une contrainte psychologique d'achat" est contesté. Si le "parfumage obligatoire" des clients est interprété par ceux-ci comme une tentative de manipulation, les réactions d'aversion sont probables et attestées. Dans d'autres cas, des tonalités olfactives bien choisies sont perçues comme les aspects bienvenus d'un bon accueil de la clientèle, accueil interprété au sens extensif. La mise en forme des environnements respiratoires par de l'air psychoactif "désigné" (tout particulièrement dans les shopping malls, mais aussi dans les cliniques, foires, centres de conférence, hôtels, espace de découverte, zones de santé et de bien-être, cabine de voyageurs, etc.) étend le principe de l'architecture intérieure à un milieu de vie d'ordinaire imperceptible, l'environnement gazeux et aromatique de ceux qui respirent. "

Peter Sloterdijk, Bulles III-Écumes, Paris, Hachette Littératures, coll. Pluriel Philosophie, 2006, p.
157-158.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article