Incision @ Marina Abramovic & Ulay. 1978

Publié le par Olivier Lussac IDEAT

INCISION (10' 10'')

Depuis avril1978, dans la galerie H-Humanic de  Graz, une bande en  caoutchouc est  fixée à  mi-hauteur du mur, parallèlement au sol. Enroulé  dans cette  bande, Ulay, nu, s'élance aussi loin que possible vers le milieu de la galerie, pour ensuite glisser en  sens inverse et enfin recommencer depuis le début. Parallèlement, Marina Abramovic est debout, habillée, le regard tourné  vers le mur  gauche de la galerie (du point de  vue du spectateur), telle une observatrice, à la même hauteur que le protagoniste, lorsque celui-ci a parcouru la distance maximale autorisée par l'effort physique.

Le contraste entre les deux personnes ne saurait être plus grand: Ulay s'inflige  beaucoup d'effort et  de douleur lorsqu'il se lance avec la bande en caoutchouc qui le fait rebondir, alors que  Marina Abramovic ne fait rien, se contentant de regarder fixement le point  où l'acteur essaie d'écarter la bande à la seule force de ses muscles. Un homme sort soudain du public et étend Marina par terre par une prise de karaté. Ce troisième  personnage  fait  partie  de  la performance: Abramovic sait  qu'il la fera tomber d'un coup de pied, mais elle ne sait pas quand. Le public endosse ainsi un rôle  psychologiquement ambigu: d'une  part, l'agresseur se trouve au milieu du public, mais personne ne veut s'identifier à lui. D'autre part, Ulay est devenu en l'espace de 42 minutes un personnage d'identification, tandis que Marina Abramovic indifférente du  début s'attire des sentiments de haine de la part du  public du fait qu'elle ne se révolte pas après avoir reçu le coup de pied. Ce travail fait partie des performances qui associent délibérément le public et jouent avec ses sentiments et ses prises de position.



Publié dans Performances

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article