Ai Wei Wei. Oublions.

Publié le par Olivier Lussac

" Oublions le 4 juin, oublions ce jour ordinaire. La vie nous a enseigné,

sous le totalitarisme, que chaque jour est le même. Il n'y a pas d'"autre

jour", d'"hier" ou de "demain". Nous n'avons pas besoin de vérité 

partielle, pas besoin de justice partielle, pas besoin d'honnêteté partielle.

 

Sans liberté de parole, sans liberté d'information, sans élections libres,

nous ne sommes pas un peuple, nous n'avons pas besoin de nous

souvenir. N'ayant pas la possibilité de nous souvenir, nous avons choisi

d'oublier.

 

Oublions chaque cas de persécution, chaque cas d'humiliation, chaque 

massacre et chaque tentative de le cacher, chaque mensonge, chaque 

mort. Oublier chaque moment de souffrance, et oublier chaque moment 

d'oubli. C'est ainsi que ces "hommes d'honneur" pourraient nous tourner

en ridicule.

 

Oublions les soldats qui ont tiré sur les civils, les étudiants dont les

corps ont été écrasés par les chenilles des chars, le sifflet des balles, le

sang sur les grandes avenues et les contre-allées, une ville et une place

sans larmes. Oublier les mensonges sans fin, les dirigeants qui espèrent

que tout le monde a oublié, oublier leur lâcheté, leur caractère maléfique

et inepte. Nous devons oublier car ils doivent être oubliés. Nous ne 

pourrons exister que lorsqu'ils auront été oubliés. Afin d'exister, nous

devons oublier."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article